L’Ordre des ingénieurs forestiers du Québec a décerné ses distinctions annuelles lors de la Soirée de l’Ordre qui s’est tenue le 29 septembre dernier, à Québec. C’est le président de l’Ordre, M. François Laliberté, ing.f., qui a procédé à la remise des distinctions « Henri-Gustave-Joly-de-Lotbinère » et de la « Médaille de l’Ordre » devant une centaine d’ingénieurs forestiers et dignitaires, invités pour l’occasion.

Distinction Henri-Gustave-Joly-de-Lotbinière

La « Distinction Henri-Gustave-Joly-de-Lotbinière » est remise à une personne extérieure à la profession dont les actions auront fait progresser la cause forestière et contribué à l’avancement et au rayonnement de la profession.

Cette année, l’Ordre a choisi de remettre la « Distinction Henri-Gustave-Joly-de-Lotbinière » à monsieur Michel Belleau.

1Distinction belleauM. Belleau est technicien forestier de formation et a œuvré au cours de sa carrière au niveau de l’inventaire forestier, de la sylviculture, des suivis forestiers et environnementaux ainsi que du côté de la planification opérationnelle de la récolte.

Son expertise et ses idées ont toujours reposé sur une connaissance profonde de la forêt et du territoire, combinée à une approche pratique de mise en œuvre des objectifs d’aménagement. M. Belleau a contribué de près à l’élaboration de diverses techniques d’inventaires, de suivi et de planification.

À ce chapitre, M. Belleau a développé, à partir des années 90, un système de suivi forestier permettant de démontrer l’atteinte des objectifs requis par le régime forestier en place. Le système est basé sur la classification de la qualité du site ainsi que de son état de compétition en fonction de la notion « libre de croître ». Selon ses collègues, sa façon de faire représentait une source d’information tout simplement inestimable pour les ingénieurs forestiers qui supervisaient les opérations. Cette source d’informations, regroupant plusieurs milliers de placettes échantillons prises dans la forêt boréale, a d’ailleurs été largement utilisée par le Dr Jean Bégin dans ses travaux de recherche sur la croissance des arbres.

Dans les années 2000, le régime forestier impose l’inventaire d’intervention pour les activités reliées à la récolte. M. Belleau a été le précurseur d’une nouvelle approche de travail permettant de rencontrer encore une fois les obligations légales.

L’utilisation d’imagerie orthophoto combinée à une interprétation fine des secteurs de récolte s’est vite répandue dans la pratique. La nouvelle approche permettait dorénavant une meilleure intégration des opérations de récolte entre les utilisateurs de résineux et feuillus. Une avancée importante pour le monde forestier.

Sa contribution technique à l’avancement de la pratique forestière est incontestable. Cela est sans compter sa contribution envers la relève forestière par la promotion des métiers de la forêt dans le cadre de son travail ainsi que par ses innombrables heures de bénévolat dans le scoutisme notamment, mais aussi pour l’accompagnement de classes d’écoliers en forêt.

On dit de M. Belleau qu’il a acquis, grâce à sa franchise, son pragmatisme, son dynamisme, son ouverture d’esprit et sa volonté d’améliorer les pratiques forestières, une notoriété qui déborde largement du cadre de la région du Saguenay – Lac-St-Jean, où il pratique. Sa générosité et sa propension au travail d’équipe a permis d’influencer significativement la profession d’ingénieur forestier.

Par sa connaissance profonde de la forêt et sa capacité à la vulgariser si efficacement, par sa passion à la fois sage et contagieuse des métiers de la forêt, par sa contribution technique et pour ses conseils judicieux, M. Belleau s’est mérité au fil des ans le respect des forestiers de toutes provenances. Toutes ces qualités font de lui un excellent récipiendaire de la distinction Henri-Gustave-Joly-de-Lotbinière 2016.

Médaille de l’ordre

La « Médaille de l’Ordre » est remise annuellement à un ingénieur forestier qui, par ses qualités personnelles et ses différentes réalisations, aura marqué de façon significative l’avancement et le rayonnement de la profession, et ce, tout au long de sa carrière.

Cette année, l’Ordre a choisi de remettre la « Médaille de l’Ordre » à monsieur Gérard Szaraz, ing.f., M.Sc., M.A.P.

1Distinction SzarazAu cours des dernières décennies, Gérard Szaraz, a joué un rôle de premier plan dans des structures et des organisations variées pour comprendre le système forestier « vu comme un tout » et pour essayer d'ébaucher des solutions pour relancer le secteur.

De 1981 à 1997, M. Szaraz a travaillé pour de grandes firmes de génie-conseil, soit: le Groupe SNC Inc., le Groupe-Conseil Roche ltée et Tecsult. Il œuvrait alors aux niveaux national et international, principalement en Amérique du Sud.

De retour au Québec, il devient, en 1997, le directeur général du Regroupement des sociétés d’aménagement forestier du Québec (RESAM).

De 2001 à 2003, il œuvre à titre de directeur des opérations et du programme du Congrès forestier mondial 2003. Grâce à sa maîtrise de plusieurs langues et de son expertise à l'étranger, il contribue à mobiliser la planète autour de cet important rendez-vous québécois.

En 2003, il devient le secrétaire général de la Commission d'étude scientifique, technique, publique et indépendante chargée d'examiner la gestion des forêts du domaine de l'État (la Commission Coulombe). Il entre ensuite au bureau du Vérificateur général à titre de chargé de projets en collaboration avec le Vérificateur au développement durable.

En 2010, il accède au poste de Forestier en chef du Québec, poste qu'il a occupé jusqu'en décembre 2015. Bénéficiant d'une vue d'ensemble et d'un rôle délicat, à la fois intégré au ministère responsable de la gestion des forêts et investi d'une mission d'évaluateur de la saine gestion des forêts, il a piloté la mise à jour des calculs de possibilité, émis plusieurs avis et déposé à son départ un bilan quinquennal très complet sur l'État de la forêt québécoise. Il a réussi à la fois à rassurer le public sur la bonne santé des forêts et à tirer une sonnette d'alarme sur la faiblesse de notre culture de mise en valeur de cette importante ressource.

Gérard Szaraz est l'un des forestiers québécois les plus à l'aise et les plus habiles à manipuler des concepts. Il est capable de comprendre globalement des situations très complexes pour en faire ressortir le sens et la portée. Cette faculté lui permet de faire la synthèse d'enjeux très importants pour la profession.

Il bénéficie aussi d'une grande habileté pour communiquer, ce qui lui a permis de contribuer à produire et à défendre des rapports très importants de notre foresterie moderne. Il a certainement laissé une marque indélébile de son passage dans la profession en apposant sa signature sur plusieurs documents marquants.

À travers ses fonctions, il a aussi donné une grande importance aux personnes et à la dimension sociale du secteur forestier, en plus d’être animé d'un souci sincère pour la protection des écosystèmes et pour la dimension environnementale de la foresterie qu'il a toujours essayé de concilier avec la production de matière ligneuse. Enfin, selon toutes les personnes qui l’ont côtoyé au fil des années, malgré l'importance de ses fonctions, Gérard Szaraz est toujours resté humble et accueillant, utilisant toujours bien davantage le «nous» plutôt que le «je». Par cette sélection, l’Ordre tient à souligner l’engagement et la contribution significative de M. Gérard Szaraz, à l’avancement et au rayonnement de la profession, mettant en valeur de grandes qualités personnelles et professionnelles.